Index de l'article

 

Le domaine du politique 

  Le 8e entretien (« Le domaine du politique ») porte sur « la condition politique de l’être humain » (160).

  Au niveau général, Descombes s’achemine vers une définition de la démocratie proche de celle qui est donnée par Popper : « Pour qu’il y ait démocratie » la majorité doit « accepter que l’opposition ne soit pas le fait de traîtres et d’ennemis du peuple mais qu’elle soit probablement destinée à être la majorité de demain » (168). Ajoutons que pour satisfaire à cette dernière condition, la majorité doit d’abord ne pas pouvoir être donnée aux ennemis de la démocratie.

  Mais l’entretien porte plus particulièrement sur des devenirs politiques, prétendus ou réels : « mondialisation » (164) et « construction européenne » (171). Selon Descombes, la prétendue « mondialisation » déguise en mondialisme ce qui est en réalité une globalisation (164) déjà décrite par Marx & Engels quand ils remarquaient que « les salaires des ouvriers du textile en Angleterre en viennent à dépendre de l’état des récoltes de coton en Inde et donc du temps qu’il y fait… » (165). Quant à l’Union européenne (172), elle pose le problème du rapport entre citoyenneté et nationalité. Selon le « sens ancien, pré-politique, du mot ‘nation’, comme au temps où l’on disait la ‘nation picarde’ ou la ‘nation normande’ » (173) on peut « dissocier citoyenneté et nationalité ». Mais l’inclusion de la Picardie et de la Normandie dans la France montre au contraire qu’il y a un rapport conceptuel entre la nation comme société globale (163) et la cité comme entité politique, d’où aussi rapport conceptuel entre démocratie et nation (173). « Il y a un enjeu métaphysique avant le problème politique » (55) et ledit rapport conceptuel se situe à cet étiage métaphysique.

  Dans Les embarras de l’identité, comme nous l’avons dit, Descombes n’a pas seulement affronté le problème ontologico-logique de l’identité, il en a fait la pierre angulaire d’un véritable système de philosophie, allant de cette métaphysique à la politique et à la pédagogie. Dans le 2d entretien de ces Exercices (« Les individus collectifs »), il réussit la gageure de mettre l’essentiel des Embarras dans les dimensions d’un chapitre, avec le bénéfice naturel d’une telle miniaturisation, à savoir que la contrainte de brieveté lui permet de parvenir à un raisonnement plus dépouillé, partant plus limpide, et donc encore plus percutant. Le lecteur trouvera ainsi une réfutation en règle de ce qu’il est convenu d’appeler « individualisme méthodologique » en sociologie, autrement dit une démonstration du holisme sociologique, forme ontologique de holisme, faisant système avec le holisme structural que Descombes avait déjà démontré en 1996 d’après Ortigues dans Les institutions du sens (p. 182).