Index de l'article

I - De la chose au mot, du mot à la chose

L’autorité ou le  mystère du pouvoir sans contrainte

On dit quil autorité quand un individu fait, sans contrainte et sans discussion, ce quun autre lui commande/ordonne

de faire

« Pourquoi obéissons-nous ?

 La question ne se posait guère ; nous avions pris lhabitude découter nos parents et nos maîtres. Toutefois 

nous sentions bien que cétait parce quils étaient nos parents, nos maîtres. Donc à nos yeux leur autorité leur venait moins deux-mêmes que de leur situation par rapport à nous. Ils occupaient une certaine place cest de  que partait,  avec une force de pénétration qu il naurait pas eu sil avait été lancé dailleurs, le commandement. 

En dautres termes, parents et maîtres semblaient agir par délégation. Nous ne nous en rendions pas compte, mais derrière nos parents et nos maîtres, nous devinions quelque chose dénorme ou plutôt dindéfini, qui pesait sur nous de toute sa masse par leur intermédiaire» H. Bergson, Les deux sources de la morale et de la religion 1931

Quel est donc "ce quelque chose d'énorme et d'indéfini" dont découle l'autorité?

L’autorité, une puissance augmentée

Etymologie : auctoritas se rapporte à auctor, qui signifie, fondateur, auteur, instigateur. Le terme auctor se rapporte lui-même à la racine 

augeo qui signifie augmente

 L’étymologie du mot autorité indique clairement que celui qui exerce lautorité est détenteur dune puissance 

(dune capacité de produire des effets) qui excède ses forces propres. Il est donc investi dun surcroît de force. 

Son autorité est donc littéralement une puissance augmentée   

 

L’autorité, une puissance mandatée

L’autorité ne s’exerce jamais en nom propre ; elle s’exerce toujours « au nom de »

Celui qui exerce l’autorité le fait par un mandat. Celui qui exerce l’autorité commande

L’autorité est une puissance mandatée

Remarque : il n’y a jamais d’autorité en nom propre

L’autorité, un pouvoir au nom de la Loi

La Loi en majuscule désigne ce qui nous précède, nous dépasse et nous englobe

1 – La Loi de la Nature (physis) = autorité cosmologique

2 – La Loi des Ancêtres  = autorité traditionnelle

3 – La Loi de Dieu = autorité théologique

L’autorité, un phénomène à trois dimensions

1 – Un individu qui donne un ordre ou qui formule un rappel à lordre

2 – Un individu qui reçoit lordre (qui entend le rappel à lordre) et qui obéit

3 – Un ordre qui sexprime sous la forme dune parole

L’autorité, un phénomène social en clef de don

Donner (recevoir)

Aussi surprenant que cela puisse paraître, dans le phénomène dautorité, lordre nest pas imposé, il est donné et celui qui obéit 

nest  pas soumis, il reçoit. Lautorité est donc à penser dans une logique du don et non de la contrainte

 L’autorité relève donc de ce type particulier déchange social que M. Mauss appelle le don (Triple obligation de donner, 

recevoir et rendre)

L’autorité, une parole qui suscite l’obéissance

Obéir : du latin ob audiare qui désigne lécoute consciente de la source émettrice (Lordre doit être « reçu fort et clair »)

L’obéissance n’est pas une soumission passive, elle est au contraire un acte volontaire résultant d’une écoute attentive

« L’autorité implique une obéissance dans laquelle les hommes gardent leur liberté » H. Arendt (Lesclave nobéit pas, 

il est assujetti)

«Un peuple libre obéit, il ne sert pas » Rousseau, Lettres écrites de la montagne

L’autorité, une parole d’Ordre

Dans la relation dAutorité, ce qui est donné et reçu, cest un ordre

Qu’est-ce quun Ordre? Cest un ensemble défini (fini et circonscrit) fait déléments distincts, hiérarchiquement positionnés

 les uns par rapport aux autres en vertu dune règle (la Loi). Lordre donné a donc littéralement pour finalité de mettre ou « remettre les choses et les 

hommes à leurs places ». 

La parole dautorité a donc pour fonction de mettre ou de remettre les choses en ordre, dempêcher le désordre.  Ce que vise la parole dautorité cest à maintenir ou à rétablir lOrdre

L’autorité, une parole parabolique

Une parole 

Conformément à létymologie latine du mot (parabola = comparaison, similitude), la parole dautorité sexprime de la manière 

la plus fondamentale  

sous la forme de paraboles. 

Dans les sociétés traditionnelles, ou primitives, le chef, celui qui exerce lautorité, na pas de pouvoir (il ne peut contraindre

 personne par la force),

 sa seule puissance est celle de la parole qui sexprime sous forme de paraboles  (Cf. P. Clastres : philosophie de la chefferie indienne)

La parole du  chef invite celui à qui elle sadresse à mettre en rapport sa situation particulière avec la parabole de telle sorte que 

celui qui écoute  attentivement cette parole comprenne de lui-même ce quil a à faire. La parole du chef éclaire la situation particulière qui lui est 

soumise du point de vue général de lOrdre (de la Nature, des Anciens, de Dieu)  Le chef raconte des histoires

Le chef, celui qui donne l'ordre sous la forme d'une parole qui est une parabole, est en ce sens un garant de l'ordre et un initiateur : il fait entrer dans le monde celui qui s'adresse à lui,en lui donnant la capacité d'agir dans le monde de sa propre initiative mais sans menacer l'Ordre des choses.

Synthèse

L’autorité désigne une relation de pouvoir sans contrainte et sans discussion.  Cest une relation non-violente

L’autorité est un pouvoir augmenté c’est-à-dire un  pouvoir qui s’exerce au nom de la Loi (de la Nature, des Ancêtres, de Dieu).

Cest un pouvoir mandaté(par délégation)

L’autorité est une relation de commandement (dans laquelle le pouvoir s’exerce par un mandat) et d’obéissance (d’écoute attentive).

Cest une relation interactive

L’autorité s’exerce au moyen d’une parole qui est une parole transitive (reçue, donnée, donnée pour être donnée = rendue de manière différée). Cest une parole liante

La parole d’autorité est une parole initiatrice  = elle est le fait d’un initié (Quelqu'un qui a été accueilli dans un ordre)  et elle a le pouvoir d’initier (de faire entrer dans un ordre/ de rendre capable d’initiative). Cest une parole augmentée qui augmente(Cf M. Revault d’Allonnes)

 

quelle condition le phénomène dAutorité peut-il se manifester à plein régime? 

 Quand les personnes prises dans la relation d’autorité sont enveloppées dans un sens commun partagé. 

Qu’est-ce qui fait que le phénomène dAutorité peine à se manifester? 

C’est l’absence d’un tel sens commun partagé qui rend impossible la manifestation du phénomène d’autorité.

quoi reconnait-on que lAutorité fonctionne à plein régime? 

Au fait que la question de l’Autorité ne se pose pas