{jcomments on} 

v

kambouchner

Savoir ce  qu'un auteur a dit, c'est aussi savoir ce qu'il n'a pas dit. C’est pouvoir distinguer ce qu'il a dit de ce que d’autres ont dit,  y compris ses prédécesseurs, ses maîtres quand il en a eu, ses amis, ses élèves, ses successeurs. (Avant-propos)

 

 

 

Denis Kambouchner , professeur d’histoire de la philosophie moderne à l’université Paris I, a publié en janvier 2015: « Descartes n’a pas dit »

 

 

 

 

 

Aucun philosophe n’est plus connu que Descartes, et aucun n’est plus mal connu. Chacun croit savoir ce qu’il a dit, et beaucoup se dispensent de le lire.

 

Que ce soit dans l’enseignement, dans les représentations collectives, dans les publications généralistes ou même dans certains travaux spécialisés, les formulations cartésiennes sur des points cruciaux de la métaphysique, de la physique,  ou d’autres domaines de la réflexion ont été quasi systématiquement durcies, par unimplacable effet d’érosion ou d’abrasion des nuances et des raffinements qu’elles comportaient.

 

En vingt et un chapitres Kambouchner dresse un tableau des méprises les plus constantes et se propose de les dissiper.

Pour illustrer la démarche voici quelques « fausses idées » relevées et corrigées : Lire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Connectez-vous pour commenter

Discuter de cet article

INFO: Vous envoyez le message comme un 'invité'