Conférence

 

Cycle Invitation à la philosophie

 

 

De l'avenir dépend le présent

 

Avec Bergson

 

La chose paraît entendue : plus nous connaissons notre passé, plus notre présent paraît en être le résultat. Dans le passé, en effet, nous retrouvons la préfiguration de tout ce qui est réel dans notre présent, comme si le passage d'hier à aujourd'hui n'avait rien été de plus que l'actualisation d'une possibilité, le développement d'une réalité qui préexistait au moment où nous en constatons l'existence.

 

Par simple transposition du rapport du passé au présent, nous nous représentons l'avenir comme quelque chose que le présent détermine. N'affirme-t-on pas que c'est aujourd'hui que l'avenir se construit ? Mais si le présent lui-même était, en quelque façon, contenu dans le passé, ne faut-il pas en dire autant à propos de l'avenir ? En considérant que l'avenir est déjà là, comme en germe, dans notre présent et que notre présent lui-même résulte du passé, ne doit-on pas conclure que l'avenir est déjà présent dans le passé et que seule notre ignorance des causes actuellement déterminantes nous empêche de le voir, dès aujourd'hui par anticipation ?

 

Derrière ces questions à l'apparence abstraite, se joue le sens de notre existence. Car, enfin, si le passé contient déjà potentiellement tout le présent et l'avenir, nous n'avons rien à inventer et il ne nous reste plus, au mieux, qu'à donner naissance à ce qui est mûr pour exister. Peut-être, d'ailleurs, n'avons-nous même pas cette liberté et sommes-nous si strictement déterminés par notre passé que nous ne faisons qu'exécuter, pour aujourd'hui comme pour demain, les ordres d'un programme historique sur lequel nous n'avons aucune prise. C'est une image convenue que de représenter la vie comme un voyage. Encore faudrait-il être assuré, pour que l'image soit plaisante, que le vent de l'histoire ne nous conduise pas de manière implacable vers une destination dont nous ne connaissons rien, ne nous laissant que la tâche épuisante de louvoyer ou le loisir vain de regarder le paysage défiler.

 

Avec Bergson, nous montrerons que cette conception du temps n'a qu'une vérité limitée et superficielle. En suivant la discussion qu'il engage à propos du possible et du réel dans La pensée et le mouvant, il nous apparaîtra qu'existe une autre temporalité que celle qui fait se succéder comme le cours d'une même eau le passé, le présent et l'avenir. A rebours de ce que se représente notre intelligence, nous verrons comment l'avenir agit sur notre présent et reconfigure, en retour, notre passé

 

Alexandre Lepezel

 

.

Connectez-vous pour commenter

Discuter de cet article

INFO: Vous envoyez le message comme un 'invité'