Elisabeth Roudinesco

Mais pourquoi tant de haine ? ( L’affabulation d’Onfray)

En avril dernier, Elisabeth Roudinesco (historienne, directrice de recherche, habilitée à diriger des recherches, Université Paris-Diderot) a réfuté honnêtement et sans insultes ad hominem l’argumentation développée dans un brûlot contre Freud rédigé par Michel Onfray. Outre ses erreurs et l’invention de faits qui n’existent pas, cet ouvrage bafoue les règles de la méthodologie historique et philosophique. Et il n’est pas le seul! Depuis plusieurs années en effet, on a vu se multiplier de telles publications en lieu et place d’une pensée rationnelle.

Mais voilà que maintenant, l’auteur du brûlot, qui devait bien s’attendre à quelques modestes critiques, attaque, sans le moindre humour, tous ceux qui osent ne pas penser comme lui. Il s’énerve et refuse le débat contradictoire en se disant persécuté : l’arroseur est arrosé.

Voici enfin réunis et présentés - dans un ouvrage à plusieurs voix, court, percutant et facile à lire - de solides arguments rédigés par des enseignants et des chercheurs - deux générations, plusieurs lieux géographiques - qui n’acceptent pas que la raison et le bon sens soient tournés en dérision par une initiative obscurantiste cherchant à mobiliser une prétendue France profonde contre des «élites» dites «parisiennes».

En résumé, on trouvera donc dans ce livre trois contributions d’Elisabeth Roudinesco : un document qui a déjà circulé sur internet, augmenté et corrigé, un entretien avec Sylvain Courage, journaliste au Nouvel Observateur une étude inédite et amusante sur la fabrication d’une rumeur américaine : la «liaison» de Freud avec sa belle-sœur.

Cinq universitaires se sont associés à cet ensemble: Guillaume Mazeau (historien, Université de Paris I- Panthéon-Sorbonne, IHRF), Christian Godin (philosophe, Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand), Franck Lelièvre (philosophe, classes préparatoires, Lycée Charles de Gaulle, Caen), Pierre Delion (professeur de pédopsychiatrie et des Universités, Lille), Roland Gori (psychanalyste, professeur émérite des Universités, Aix-Marseille).

Le tout est conçu comme une réponse éclairée à une entreprise de décervelage consistant à brosser - sans rire - le portrait d’un apôtre Jean préfigurant Hitler, d’un Kant précurseur d’Eichmann, d’une Charlotte Cor- day déguisée en héroïne du régime de Vichy, et enfin d’un Freud cupide, menteur, phallocrate, homophobe, misogyne et destructeur de son propre peuple (les Juifs), le tout au mépris des faits, du travail scientifique (nécessairement critique) et de l’esprit des Lumières, fondé sur le libre examen.

Par son titre, cet ouvrage fait suite à celui publié chez Navarin, en 2005, par Elisabeth Roudinesco, avec des contributions de Pierre Delion, Roland Gori, Jack Ralite, Jean-Pierre Sueur : Pourquoi tant de haine. Anatomie du livre noir de la psychanalyse.

Editions du Seuil (- le 27 mai 2010). 100 pages. 12 euros.

Connectez-vous pour commenter