×

Erreur

Impossible de sauvegarder le message: Une adresse de courriel est requise!
Imprimer
Catégorie : Proust-La Prisonnière

LA PRISONNIERE Introduction d’Eliane Davy aux pages lues par elle à la troisième séance

On a vu la semaine dernière le Narrateur aller chez la duchesse de Guermantes s’informer sur les robes de Fortuny dont nous avons déjà longuement parlé.
Le Narrateur qui se fait geôlier n’a de cesse de faire des cadeaux à sa captive, cadeaux rares et chers, guidé en cela par le goût naturellement difficile et exigeant d’Albertine.
Plus modeste, plus simple, nous avons aperçu la jeune couturière, nièce de Jupien – amoureuse de Morel, dont le baron de Charlus se réjouit d’être bientôt « le beau-père », détenant ainsi, se dit-il, au cœur même des épousailles des deux jeunes gens, le pouvoir et sur l’un et sur l’autre.

La « crapule » Morel est le personnage qui fait la jonction entre Sodome et Gomorrhe, deux mondes finalement pas si séparés que cela, comme on l’apprendra peu à peu.
Quant au Narrateur, il démonte minutieusement la machinerie diabolique de la jalousie ( non sans cesser d’en souffrir) avec virtuosité. Il est le juge impitoyable devant une prisonnière habile et cachotière.

Captif de ses propres soupçons vis à vis d’elle, il est aussi celui qui trompe, qui ment.
Les rouages de la machinerie diabolique l’entraînent vers d’infinies et récurrentes questions qui n’auront jamais leurs réponses.
Alors seul l’art lui rend l’amour et l’ardeur pour cette mystérieuse jeune fille en fleurs qu’est Albertine. Un album d’Elstir, un livre de Bergotte, une sonate de Vinteuil aspirent en eux les rêves sensuels que le Narrateur a puisés à l’ombre des jeunes filles en fleurs et redonnent ainsi à son regard les contours d’un visage, d’un corps qui ne seraient faits que de poésie, d’imagination et de poudroiement de lumière.

Repères textuels : Début : « Rien ne plaisait mieux que l’idée de ce mariage... »
Fin : « …et qui à la fin se sont mises bout à bout et conciliées »


(Pléiade 1989 tome III pp. 558-572 , Garnier Flammarion, pp.141-156)

Pour accéder directement à l'introduction de La Prisonnière 4

Pour accéder, en ligne, au texte lu cliquer sur les liens suivants


http://alarecherchedutempsperdu.org/marcelproust/341 § 6 et suivants
http://alarecherchedutempsperdu.org/marcelproust/342
http://alarecherchedutempsperdu.org/marcelproust/343 jusqu'à la fin du § 8

Connectez-vous pour commenter