Café Thématique de Philosophie 2011 /12

 

animé par Olivier Chiche, professeur de Philosophie

 

 

Mardi 13 décembre de 18h à 20h

«Mourir n’est pas une maladie : fin de vie et euthanasie.»

Intervenante : Nadia Veyrié,

Docteur en Sociologie, membre du Centre de Recherche et d’étude sur les Risques et les Vulnérabilités (CERReV), Université de Caen,

formatrice à l'Irts-BN, a récemment dirigé un numéro de la Revue Le Sociographe : Morts sociales.

 

 

 

Notre société libérale est fondée sur la valorisation de la performance et de la productivité. Or, la mort casse cette logique. En effet, bien que nous vivions dans une société où les biens matériels sont abondants, nous ne mourrons pas tous aujourd’hui dans les mêmes conditions sociales. Pour autant, nous mourrons tous ! C’est bien là l’effrayante et l’irréversible confrontation à l’altérité radicale.

Or, face à une mort qui demeure encore tenue secrète et qui met à l’épreuve nombre de personnes, de familles, quel rôle joue notre société ? Au fil d’affaires juridiques, de la souffrance de personnes gravement malades, d’une prise en charge de la fin de la vie essentiellement dans des institutions médicales, qu’est-ce que la « fin de vie » ? Quels liens, quelles contradictions et quelles représentations développons-nous entre la fin de vie et l’euthanasie ? Pourquoi ce sujet est-il si sensible, notamment en France ?

 

Bibliographie proposée par Olivier Chiche

- Vers une mort solidaire de Paula La Marne (PUF 2005)

- Donner la mort de Jacques Derrida (Galilée 1999)

- La mort de  Vladimir Jankélévitch (Poche Flammarion)

- Morts sociales : sous la direction de Nadia VeyriéLe Sociographe, hors-série, Montpellier, Institut régional du travail social, avril 2011

- La mort vue autrement de François Dagognet, Empecheurs De Penser En Rond | septembre 1999.

 

Publication en septembre 2012 de "Deuils et héritages" de Nadia Veyrié